X-Men days of future past : Bryan Singer relève le défi avec brio !

Trois ans après le quatrième volet de la saga X-Men réalisé par Matthew Vaughn, le challenge d’un nouvel épisode au niveau était de taille. Bryan Singer qui a orchestré les deux premiers films, en 2000 et 2003, a repris les rennes du projet et le résultat est spectaculaire !

Affiche

C’est à un film X-Men exceptionnel que nous avons affaire cette fois-ci. Au sens où tous les héros principaux de la série sont réunis pour une grande et solide union. Finies les querelles entre super-héros, l’heure est à la mobilisation afin de sauver la race mutante. Les X-Men vont devoir faire face à un ennemi bien plus intelligent et diabolique qu’à leurs habitudes.

Le docteur Bolivar Trask (brillamment interprété par Peter Dinklage aka Tyrion Lannister dans la série « Game of Thrones ») a pour projet de créer, à l’image des puissants gardiens des citadelles antiques, de puissants robots capables d’exterminer tous les mutants, qu’il considère comme les ennemis des humains.

Véritable génie, Trask va créer des sentinelles aptes à s’adapter à leurs cibles aussi puissantes qu’elles soient, ce qui donnera naissance à une guerre sans merci dans un climat chaotique mondial.

Afin de sauver l’espèce mutante et mettre un terme à ce combat perdu d’avance, le professeur Charles Xavier et Magnéto vont utiliser les pouvoirs de Kitty Pryde pour permettre à Wolverine ( Hugh Jackman rempile le rôle de James Logan pour la septième fois) de se rendre dans le passé pour changer ce futur apocalyptique.

Ellen Page dans le rôle de Katherine « Kitty » Pryde / Shadowcat

Ellen Page dans le rôle de Katherine « Kitty » Pryde / Shadowcat

Le scénario nous emmène alors au cœur des années 70 avec un passage à Paris à l’époque où l’on pouvait entendre du Claude François en boîte de nuit mais surtout où l’on retrouve une Mystique, interprétée par la jeune Jennifer Lawrence ( certes à la plastique moins avantageuse que Rebecca Romijn mais tout aussi charmante), dont le rôle est essentiel dans le dénouement de l’histoire.

Jennifer Lawrence dans le rôle de Mystique

Alors que X-Men : Le Commencement (2011) nous racontait la naissance de Magnéto, X-Men days of future past met surtout en lumière l’histoire du professeur Charles Xavier, avec notamment le dévoilement de ses sentiments. Il est intéressant de retrouver dans le film ce chassé-croisé entre le casting sénior des personnages avec Patrick Stewart et Ian McKellen face à leur version « jeune » par James McAvoy, dans le rôle du professeur, et Michael Fassbender dans le rôle de Magnéto.

Passé et futur, réunis.

Les scènes de combat du film sont particulièrement réussies avec des effets spéciaux en tout genre et une belle profondeur à l’écran. A noter que de nouveaux acteurs font leur apparition dans ce long-métrage, dont notre Omar Sy national qui incarne Lucas Bishop, un petit rôle très encourageant pour ses débuts au cinéma américain.

La comédienne canadienne Karine Vanasse, que l’on a pu voir dans la saison 3 de la série « Revenge », fait un cameo en tant qu’infirmière mais c’est surtout l’un des personnages principaux de la série « American Horror Story », qui se fera le plus remarqué. En effet, c’est Evan Peters,  le jeune acteur de 27 ans, qui nous offre les plus belles scènes du film en terme d’effets spéciaux à travers son personnage drôle et sympathique de Quicksilver (vif-argent).

Evan Peters, Omar Sy et Karine Vanasse.

Evan Peters, Omar Sy et Karine Vanasse.

Mise à part les costumes un peu trop sobres sur cet opus, « X-Men : Days of future past » répond parfaitement aux attentes des fans de Marvel. Le spectacle impressionnant et constant se mêle à une intrigue captivante et à un scénario bien ficelé. Une pure merveille !

X-Men : Days of Future Past en salles le 21 mai 2014

  • Share