Mariah Carey réanime noël à Paris !

Avec les temps qui courent, l’heure n’est pas à la chansonnette en France et notamment à Paris où les manifestations font ravages. Heureusement, la diva américaine Mariah Carey est de retour à l’AccorHotels Arena ce soir pour raviver l’esprit de noël ! Une trêve festive que seule la plus grande vendeuse de disques de tous les temps peut offrir à ses fans à l’aide de ses hits et de son tube légendaire « All I Want For Christmas Is You ».

Mariah Carey - All I Want For Christmas Is You Tour - AccorHotels Arena, Paris - GuysAndPeople (5)

Depuis 2014, Mariah Carey offre à ses fans new-yorkais un concert de noël intimiste et chaleureux dans l’enceinte du Beacon theatre. En 2017, la diva surnommée « la reine de noël » décide de satisfaire la demande de ses « lambs » (c’est ainsi que la chanteuse appelle ses fans, ndlr) français et anglais en transportant son show outre-Atlantique.

Le « All I Want For Christmas Tour » se joue alors à guichets fermés et Mariah Carey est, pour notre plus grand plaisir, de retour cette année avec son spectacle de noël 100% live.

Celle que l’on appelle « The Voice » du haut de ses cinq octaves, interprètera ses classiques de noël tels que « Oh Santa » ; « Joy to the world » ou encore « When christmas comes » mais aussi quelques-uns de ses plus grands tubes comme « Hero » ou « We Belong together ».

Mais l’icône de la pop réserve aussi quelques surprises inédites au public, puisqu’elle pourrait interpréter sur scène certains titres de son nouvel album « Caution » parut le 16 novembre dernier.

Si Mariah Carey est la seule artiste internationale à pouvoir remplir des salles immenses avec un spectacle basé sur des chants de noël, c’est bel et bien grâce au titre « All I Want For Christmas Is You » lequel souffle sa magie sur les charts internationaux chaque année depuis 1994.

Ce titre co-écrit par Mariah Carey et Walter Afanasieff se classe numéro Un du classement américain « Holiday Chart » chaque année durant la période des fêtes. Il a même atteint le top 10 du « Billboard Hot 100 » (classement américain toutes catégories, ndlr) en 2017, et il se pourrait bien qu’il atteigne le top 5 cette année !

Mariah Carey - All I Want For Christmas Is You Tour - AccorHotels Arena, Paris - GuysAndPeople (4)Un an après avoir viré sa manager et avoir rejoint l’écurie Roc Nation chez Sony Music, Mariah Carey a de nouveau le vent en poupe. Les critiques de son nouvel album sont élogieuses et les ventes de d’albums remontent en flèche. Le 15 novembre 2018, la bande originale de Glitter (film dans lequel elle tenait le rôle principal, sortie le 11 septembre 2001, ndlr) a même atteint la première place du classement sur Itunes aux États-Unis, soit 17 ans après sa sortie. Mariah Carey est définitivement, la reine du come-back !!!

Si vous souhaitez passer une soirée unique de noël rythmée par de sublimes ballades hivernales, cliquez-ici pour choper les dernières places disponibles.

Mariah Carey : All I Want For Christmas Is You

en concert à l’AccorHotels Arena : 8 boulevard de Bercy, 75012 Paris

le vendredi 7 décembre 2018 à 20h

The bodyguard, le musical : Un bel hommage à Whitney Houston

GuysAndPeople a testé pour vous « The bodyguard », la comédie musicale qui se joue actuellement au Palais des sports de Paris jusqu’au 11 mars 2018. Nouvelles chansons, nouvelles séquences, nouveaux costumes, on vous dit tout sur ce nouveau show qui s’annonce déjà comme le spectacle incontournable de la rentrée…

Affiche The Bodyguard, le musical à ParisParis commence à accueillir son lot de comédies musicales, et parmi elles, celle que l’on attendait avec impatience The Bodyguard. Rappelez-vous, il y a un an on se demandait quelle artiste française allait pouvoir endosser le rôle de Rachel Marron ? La réponse… aucune !

En effet, malgré des auditions locales c’est la canadienne Valérie Daure, connue au Québec pour avoir participé à l’émission « The Voice » Canada, qui a été choisie afin de rendre hommage à Whitney Houston.

Et ce n’est pas de chance pour nous, car en ce mardi 6 février, on nous annonce en début de spectacle que ce n’est pas elle qui assurera le show ce soir-là. C’est son « alternante », l’artiste marocaine Sofia Mountassir qui poussera la chansonnette dans le rôle principal.

Sofia Mountassir, qui elle aussi était candidate à « The Voice » (dans l’édition française) en 2012, a été sélectionnée par Garou et Florent Pagny lors des auditions à l’aveugle. Puis, la jeune femme s’est spécialisée dans les comédies musicales en France avec des participations dans Disco, Love circus, Aladin ou encore Priscilla folle du désert.

Un casting et des décors réussis

Le rideau tombe, Sofia Mountassir apparait telle une Beyoncé sur le titre « Queen of the night », les danseurs sont en folie, la scène est en flammes mais quelque chose ne fonctionne pas, le micro ! Pas de le temps cela dit, de nous mettre mal à l’aise, l’incident technique est vite résolu.

Les tableaux s’enchaînent, le décor est efficace, on passe du studio d’enregistrement à la chambre à coucher avec brio. C’est l’un des points forts du spectacle. Scène lumineuse en mouvement, on retrouve la franchise américaine, rien n’a changé à ce niveau depuis le lancement de la comédie musicale en 2012 à Londres et c’est très bien comme ça !

L’histoire, on la connait, le squelette du scénario reste fidèle au film même si quelques nouveautés ont été ajoutées au programme afin de moderniser le show (on fait référence aux réseaux sociaux lesquels n’existaient pas en 1992).

On retrouve le séduisant garde-du-corps Franck Framer interprété par le comédien Benoît Maréchal, qui ne laissera pas les dames indifférentes, mais aussi le petit Fletcher joué par Gayann Dahmouni et Nicki Marron, la sœur envieuse et malheureuse, incarnée par la chanteuse Cylia. Un rôle qui fait l’unanimité auprès du public, Cylia a gagné en assurance et en solidité vocale depuis ses débuts dans « Graines de Star » en 2001 et « Adam et Eve » en 2011.   Sur le fameux « I run to you », qu’elle chante en duo avec Sofia Mountassir, on se demande presque si la production n’aurait pas dû lui confier le rôle de Rachel. Ses interprétations sont applaudies et captivent l’attention. Un très bon de choix de casting concernant ce personnage.

Cela dit, si Sofia Mountassir très maniérée surjoue parfois les répliques ( un peu comme Mariah Carey dans Glitter), il faut souligner que la jeune femme maitrise son art, et offre de belles performances sur les ballades de la regrettée diva.

On passera sur le jeu des acteurs digne d’une télénovélas, même si le spectacle offre des moments drôles et sympathiques comme la scène où Franck Framer s’adonne au Karaoké. Nous ferons également abstraction des costumes de show dans le show, lesquels ne mettent pas en valeur les comédiennes.

On approuve le remplacement de la robe jaune du final (version 2012) par une robe courte à franges qui donne un effet plus vif et moins meringué. Mais on déplore, que certaines tenues aient été conservées comme le pantalon noir et le top argenté dans l’une des scènes phares du spectacle où Rachel Marron se produit en boîte de nuit. L’ensemble symbolique du film, moderne et sexy pour l’époque a laissé place à une tenue fade et sans intérêt.

On aurait aimé qu’avec nos grands designers locaux, certains styles auraient été réadaptés, une robe façon Mugler, ou un corset signé Gaultier…

 Le best-of des hits de la diva sur scène

The Bodyguard, le musical offre une large palette des hits de Whitney Houston.  En effet, on retrouve les tubes de la diva qui ont construit ses 25 ans de carrière, en plus des morceaux de la bande-originale. Et nouveauté 2018, le titre « Million dollar baby » (2009) a été ajouté à la sélection, ce qui n’était pas le cas dans la version du show en 2012.

Ainsi, les fans de l’artiste pourront chanter tout au long du spectacle, accompagnés par de belles voix sur scène et un band de huit musiciens en live ! Le final du show est un très bon point, beau et vitaminé, on ressort de ces deux heures de spectacle avec l’envie de danser (with somebody)… Alors ne ratez pas cette occasion d’aller applaudir la troupe, qui débute ses représentations, le spectacle gagnera en qualité au fil des semaines…

The bodyguard, le musical : au Palais des sports ( Paris 75015)

Semaine – mardi au jeudi : de 22€ à 69 €
Semaine – vendredi : de 25€ à 79€
Week-end (hors samedi soir) : de 35€ à 85€
Samedi soir : de 35€ à 89€

Ashanti séduit Paris avec un concert inattendu !

Ashanti, princesse du r’n’b US de la première décennie des années 2000 a démarré sa tournée européenne dans la salle mythique de l’Olympia à Paris. Un concert « surprise », peu promu, que seuls les fans de la première heure ont su repérer. Heureusement GuysAndPeople a pu y assister grâce à Base Productions !

On ne s’y attendait pas et pourtant le 22 février dernier, la petite protégée du producteur Irv Gotti débarquait en France dans le cadre d’une mini-tournée européenne qu’elle partage avec le crooner Joe Thomas, célèbre pour son tube «  I wanna know » ( 1999, Jive records).Le chanteur JOE Thomas à l'Olympia de Paris le 22 février 2017

La belle âgée de 36 ans avait, depuis le début de l’année, donné quelques concerts aux États-Unis et en Australie avec son acolyte du Murder INC. le rappeur Ja Rule. Les fans n’osaient pas imaginer un passage sur le vieux continent des deux « natural born hitters » (comme l’écrit la chanteuse sur son compte Instagram),  mais c’était sans compter sur la détermination d’Ashanti qui a expliqué durant le concert : « On m’a dit, après toutes ces années tu n’arriveras pas à remplir une salle à Paris et me voilà avec vous tous ce soir ! ».

L’interprète de « Rock with you » n’a pas déçue sur scène, de ses célèbres featurings tels que « Mesmerize », « Always On Time » « Wonderful » « So into you » et « What’s Luv » à ses tubes comme « Only You » « Happy » ou « Baby », Ashanti a revu tout ses classiques et a offert une jolie performance live.

Sur des chorégraphies sexy, body, cuissardes et fourrures viennent parfaire le look de la chanteuse qui a adopté  la panoplie de la « bad girl », tendance actuelle chez les chanteuses hip-hop et r’n’b telles que Beyoncé ou Nicki Minaj.

La chanteuse Ashanti à Paris dans le cadre de sa tournée européenne le 22 février 2017 à l'Olympia.Ashanti offre même des moments a-capella à son public et met en scène ses danseuses dans des scénarios tragiques où l’on voit par exemple l’une d’elles se faire battre par son boyfriend pour illustrer la chanson « Rain on me ».

Mais l’ambiance est davantage à la fête, et la chanteuse sait faire oublier le décor minimaliste aux parisiens avec diverses animations.

Sur le morceau « Girlfriend », Ashanti fait monter trois jeunes hommes sur la scène, et s’adonne à un jeu de séduction façon « lap dance ». Parmi les chanceux, le chanteur français Axel Tony, qui n’a pas hésité a brièvement pousser la chansonnette pour tenter de charmer l’américaine.

Le show de la chanteuse touche à sa fin et Ashanti remercie ses fans avec une salle conquise laquelle chante en cœur avec elle son premier single et plus gros succès de sa carrière, «  Foolish » (2002, Murder Inc.).

On apprendra ensuite que Ja Rule la rejoindra sur quelques dates britanniques de cette tournée de quinze dates qui s’est achevée le 9 mars à Oxford.

Happy Birthday to my bro @ruleyorkcity have a blast!!! 🎂🍾🎁🎉🎊❤️

A post shared by Ashanti (@ashanti) on

Le concert se poursuit et en deuxième partie le chanteur Joe Thomas séduit les spectatrices avec sa définition de l’amour. Aussi bien avec des ballades mielleuses comme la reprise de « Hello » d’Adele qu’avec des titres plus entrainants comme la version remixée du morceau « Stutter » ou son célèbre duo avec Mariah Carey « Thank god i found you »… On aime !

Mariah Carey : Dans les coulisses de « Mariah’s world » son docu-réalité

Après 13 ans d’absence sur la scène parisienne, la diva des divas Mariah Carey a foulé de nouveau la porte du palais omnisport de Bercy (rebaptisé Accor Hotels Arena) pour une unique date de concert, le 21 avril dernier. Nous avions eu la chance d’approcher la chanteuse le lendemain lors d’une soirée privée où elle tournait quelques scènes pour « Mariah’s world ». Une série-docu qui sera diffusée en huit parties sur la chaîne de télévision « E ! Entertainment » en décembre prochain. On vous raconte…

mariah-carey-en-live-a-paris-le-21-avril-2016-pour-le-sweet-sweet-fantasy-tour-sold-outLes lambs n’en pouvaient plus d’attendre, la chanteuse aux cinq octaves semblait n’être plus séduite à l’idée de performer sur le vieux continent. Le succès aux Etats-Unis de son album « The Emancipation of Mimi » en 2005 et de son opus de noël « Merry Christmas II you » en 2010 l’avaient poussée à privilégier ses fans américains.

Bien qu’elle s’était produite lors d’un mini concert à Disneyland Paris en juin 2007 en faveur de la fondation contre le sida « Aids » créée par Elton John, la légendaire Mariah n’avait pas offert à ses fans un concert à part entière dans le cadre de l’une de ses tournées comme pour le « Charmbracelet tour » en novembre 2003.

Mais l’arrivée de Stella Bulochnikov en septembre 2015 à la tête du management de la diva a bouleversé la routine de l’idole. Cette productrice de télévision US, connue entre autres pour avoir travaillé sur l’image du rappeur T.I. depuis 2004 (sous le nom de Stella Stolper, ndlr) a succédé à trois managers qui les uns après les autres n’ont pas fait l’affaire aux côtés de la chanteuse en moins de deux ans : Randy Jackson, Jermaine Dupri et Kevin Liles, ex-président de Def Jam Records et également manager du chanteur r’n’b Trey Songz.mariah-carey-et-sa-manager-stella-bulochnikovStella Bulochnikov, n’a elle aussi pas fait l’unanimité parmi les fans de Mariah Carey. Beaucoup la trouvent trop envahissante dans la vie de l’artiste. Toujours accompagnée de ses deux filles, la femme d’affaire qui aime se surnommer « le dictateur russe » a notamment réussi à imposer son aînée (Mishka, une jeune adolescente) comme la gérante des réseaux sociaux de Mariah Carey, ce qui n’est pas du goût de tous followers de l’interprète de « Butterfly ».

mariah-carey-au-victoria-a-parisDe plus, le style vestimentaire de Mimi qui s’apparente de plus en plus à celui légèrement  « racoleur » de sa manager n’arrange pas les choses. Mais cela dit, côté business, les résultats sont là. Mariah Carey n’avait pas été aussi active depuis des années, et l’artiste semble plus que satisfaite du travail de sa nouvelle collaboratrice professionnelle.

Tournée mondiale à succès, le défi d’une résidence à Las Vegas hautement relevé ( son show  #1ToInfinity au Caesar’s Palace se joue à guichets fermés), des concerts de noël à New York qui affichent « complets » également, un téléfilm de noël ˗ réalisé par la diva et produit par Stella Bulochnikov ˗ qui a attiré plus de 4 millions de téléspectateurs ainsi qu’une apparition dans la série phare « Empire » sur la Fox et une collection de cosmétiques chez M.A.C. De quoi redorer le blason et le compte en banque de la diva par la même occasion.

Mais ce qui sera sans doute le produit le plus symbolique de l’ère Bulochnikov pourra être  apprécié dès le 4 décembre prochain aux États-Unis sur la chaîne de télévision « E ! Entertainement ». Un premier docu-réalité sur le quotidien de Mariah Carey dans les coulisses de sa tournée « Sweet sweet fantasy », laquelle s’achèvera à Hawaï le 23 novembre 2016.

mariah-carey-a-la-presentation-presse-de-son-premier-docu-realite-mariahs-world-a-beverly-hillsUn projet télévisuel attendu non sans craintes par les fans de la chanteuse, lesquels s’inquiètent d’une détérioration de l’image de celle qu’on appelle « The Voice ». Et ils n’ont pas tout à fait tort. On se rappelle malheureusement ô combien la télé-réalité « Being Bobby Brown » (2005, Bravo TV) avait entravé à jamais la réputation de Whitney Houston. Un risque que Mariah Carey a visiblement souhaité prendre à l’heure où le public ne jure que par ce genre de programmes et visiblement encouragée par sa manager, férue de productions du genre.

Cela dit, pour le moment, les premières images diffusées dans la bande-annonce rassurent. La diva apparait enjouée, drôle et à son habitude pleine d’autodérision. Et ce, malgré quelques tenues vestimentaires qui « piquent » légèrement nos yeux et sur lesquelles on aurait tous notre mot à dire (peut-on kidnapper sa styliste ? Sérieusement, corsets et bas résilles en 2016… très original).

Après avoir participé aux premières loges au superbe concert parisien de Mariah Carey le 21 avril 2016 où la diva rendait hommage avec émotion à Prince (décédé quelques heures avant le show) sur le titre « One sweet day » ainsi qu’à Whitney Houston et Michael Jackson lors de duos virtuels, nous avons pu l’admirer dans un cadre bien plus privé.

Le 22 avril au soir, la chanteuse aux plus de 200 millions d’albums vendus célébrait l’anniversaire de sa manager au restaurant Victoria 1836 à Paris entourée de ses proches, son staff et les caméras de « E ! Entertainment ». Suite à un dîner festif bien arrosé, il est près d’1h30 du matin lorsque l’équipe de Mariah Carey se dirige vers la partie clubbing de l’établissement « l’Arc » où un espace VIP leur est entièrement réservé. Alors que les clubbers s’ambiancent sur des sons house-éléctro, quelques pas de la diva ont suffi dans l’espace pour que les platines s’orientent vers du hip-hop et r’n’b ( à notre grand plaisir).

mariah-carey-et-son-staff-a-larc-a-paris-pour-lanniversaire-de-stella-bulochnikovVêtue d’une mini-robe dorée Tom Ford à encolure bateau, dos nu, accessoirisée d’escarpins noirs à lanières, la belle s’est trémoussée tout au long de la nuit chantonnant les tubes de ses confrères. « Killing me softly » de Lauryn Hill, « Empire state of mind » d’Alicia Keys et Jay Z ou encore « Sorry » de Justin Bieber, la diva ne fait pas semblant, elle est incollable. Et c’est sur les grands classiques du rap US de N.W.A à Snoop Dogg en passant par Tupac et Nas que Mariah nous surprend le plus, une vraie fan de hip-hop.

En revanche, le spectacle moins drôle à observer se formalise dans l’attitude qu’adopte l’entourage de la star à son égard. Malgré la dépression de Mariah Carey en 2001, entre insomnies, alcool, planning surchargé et déceptions amoureuses, son équipe ne semble pas vraiment se soucier du passif et de la fragilité de la chanteuse. C’est alors plusieurs bouteilles de champagne de luxe et d’alcools qui défilent à la table de la diva. Mariah Carey semble tantôt somnoler tantôt s’extasier selon le  rythme des verres qui lui sont automatiquement remplis par son staff. Une scène intrigante où l’on se demande même si cet entourage en question n’est pas en train de l’ « émécher » volontairement ? Tous tout sourire devant elle, la complimentant et la réconfortant dans son éthique peu raisonnable en pleine tournée. Surtout que Mimi n’avait pas bu que de l’eau la veille, lorsqu’elle célébrait l’after-party de son show parisien au Vip Room.

L’alcool, cette liqueur qui avec le temps abîme irrémédiablement l’organe exceptionnel de cette diva qui a inspiré toute une génération d’artistes depuis les années 1990. Les heures passent mais rien n’y fait, la maman de Monroe et Moroccan n’est pas uniquement la record woman des numéros un au top américain, elle est aussi la plus résistante à l’alcool. Puis soudainement, Mariah Carey demande à sa manager de la faire regagner son hôtel, et en moins de soixante secondes toute l’équipe est debout, déjà prête à s’en aller. Pour cause, d’une main de maître, Stella Bulochnikov rassemble les troupes d’un seul mouvement de l’index, le bras en l’air. Ainsi du coiffeur Kristofer Buckle à Josefine Sundkvist, une amie proche de la star, sans oublier les danseurs (dont fait partie Bryan Tanaka, 33 ans, soupçonné d’être le nouveau toy boy de la diva) tous sont au garde à vous et circulent vers la sortie où paparazzi attendent la célèbre chanteuse.

mariah-carey-et-le-gerant-de-larc-a-paris-le-22-avril-2016Tant de moments légèrement troublants dans l’intimité de Mimi qu’il nous tarde de découvrir dans « Mariah’s World ». Le fiancé de Mariah Carey, le discret James Packer, milliardaire australien de surcroit, y fera peut-être même une apparition. S’il ne nous fait pas cet honneur, il nous restera toujours l’alliance en diamants de 35 carats qu’il a offert à « MC » à contempler…

 “Mariah’s world”, dès le 16 décembre 2016 sur E! Entertainment (France)

Donatella Versace s’improvise critique musicale

La célèbre designer de mode Donatella Versace a, en exclusivité pour la version digitale du VOGUE britannique, fait la critique du nouvel opus de la diva Mariah Carey : « Me, i am Mariah… The Elusive chanteuse ».

Mariah Carey et Donatella Versace à Milan.Lorsque la plus grande vendeuse de disques au monde ne semble pas se préoccuper du manque de promotion de son nouvel album, c’est l’une des papesses de la mode qui s’en charge à sa place…

Le nouvel album de la diva enfin disponibleEn effet, pour la première fois dans sa carrière, Donatella Versace a enfilé la casquette de critique musicale et a fait publiquement l’analyse d’un projet artistique, titre par titre, avec une positivité que seule une « BFF » peut délivrer.
Dans cette interview, la créatrice de mode italienne raconte comment, entre elle et la diva aux 5 octaves, une véritable amitié est née : « Mariah Carey tient une place très importante dans ma vie, j’ai l’impression de l’avoir connue depuis toujours. C’est à l’un de mes défilés de mode que je l’ai rencontrée la première fois. Tout de suite, elle m’a fait rire, et j’ai immédiatement su que nous allions devenir amies ».

Mariah Carey , véritable addict à la maison de couture Versace :

« Quelques années plus tard, Mariah a eu une journée off durant sa tournée mondiale, et s’est envolée depuis la Suède jusqu’à Milan. Cette saison, Beyoncé était aussi mon invitée, et les deux réunies ont fait sensation. Mario Testino (photographe de mode, ndlr) était là, et il a dit qu’il s’était senti au Paradis. ».

« Cette nuit là, nous avons fait la fête au Palazzo Versace (un hôtel de luxe, ndlr), c’était de la pure magie. Mariah a laissé ses cheveux lâchés, elle dansait et parlait avec tout le monde. Elle devait prendre un jet privé cette même soirée, afin de revenir à sa tournée. J’étais tellement heureuse qu’elle prenne le temps de venir et de m’encourager durant son seul jour off. » D’autant plus, lorsqu’on sait que Mariah Carey assiste à très peu de défilés de mode.

Jet-set diva «Depuis nous sommes devenues de très bonnes amies. J’étais très honorée quand Mariah a souhaité porter l’une de mes robes pour chanter au concert Fashion Rocks à Monte Carlo. Cette soirée a été encore plus magique, et comme d’habitude Mariah et moi avons passé de bons moments ensemble à discuter, rigoler et parler de la vie et de la musique. Cette soirée, sa prestation était sublime, et elle était absolument magnifique en Versace. », ajoute la styliste jet-setteuse qui s’apprête à dévoiler la collection “Haute Couture” automne-hiver de l’atelier Versace le 6 juillet prochain à Paris.

Les deux divas sur la scène du concert "Fashion rocks" à Monte-Carlo en 2005.

Les deux divas sur la scène du concert “Fashion rocks” à Monte-Carlo en 2005.

Concernant le nouvel album de « MiMi », on apprend que la styliste italienne l’attendait désespérément et qu’elle est complètement accro à la reprise de la chanteuse américaine du titre « One more try » de George Michael. Ce dernier a d’ailleurs souhaité à féliciter la diva sur Twitter pour cette réinterprétation :

Tweet George Michael

Donatella Versace met l’accent sur les titres « Cry » ; « Météorite » ; « Beautiful » ; « Supernatural » et le nouveau single « You don’t know what to do » sur lequel elle s’apprête à danser tout l’été…

Retrouvez l’intégralité de l’interview ici

« Me, i am Mariah… The Elusive chanteuse » (Def Jam/ Universal)  de Mariah Carey disponible sur Itunes et Amazon

 

  • Share