Agenda : #NuitBlanche et Vintage marquent le début de l’automne parisien

La nuit blanche est de retour! Cette année, elle fera les yeux doux au street art, avec une belle brochette d’artistes urbains internationaux. Le 13e arrondissement de Paris sera particulièrement mis à l’honneur, avec une trentaine de créations exposées le jour J.

Conférence de presse Nuit Blanche 2014 Afin de présenter cet événement qui met en lumière l’art contemporain sous toutes ses formes, la treizième voie de la gare d’Austerlitz accueillait en ce début de semaine la maire de Paris, Anne Hidalgo, et José-Manuel Gonçalvès, le directeur artistique de cette édition, avec une météo de charme qu’on espère caresser la nuit du 4 octobre.

 Devant une installation visuelle et sonore de l’artiste espagnol Pablo Valbuena intitulée « Kinematope », laquelle sera accessible au public lors de la nuit blanche, le très attendu programme « Open musée street art contemporain » a été dévoilé.

Anne Hidalgo est apparue plus coquette que jamais dans une petite robe portefeuille bleue marine à petits pois blancs mariée à une veste blanche et des escarpins beiges.

Anne Hidalgo, maire de Paris.Au-delà de son bronzage doré et de son sourire discret, la maire de Paris a été claire et ferme sur sa volonté à ce que cette édition de la nuit blanche soit « très accessible ». « Il s’agit cette fois de rendre l’espace public aux parisiens et aux artistes » a-t-elle expliqué. L’idée est de proposer 28 créations principales aux parisiens sur un parcours divisé en six points de vue où bon nombre de prouesses techniques seront testées.

Le public pourra envahir la Halle Freyssinet dans le 16ème arrondissement, et admirer les performances de Jef Aérosol en live, une dernière fois avant la transformation de la salle cette année. L’artiste allemand Jan Vormann nous montrera comment à l’aide de briques Lego il « soigne » les murs de la rue Chevaleret dans le 13ème arrondissement sur laquelle le street artiste espagnol SpY diffusera également ses messages en lettres phosphorescentes sur une façade d’immeuble.

Le plasticien américain Mark Jenkins nous surprendra avec ses célèbres sculptures aux poses toujours aussi décalées dans le 5ème arrondissement, nous découvrirons la nouvelle vidéo du réalisateur malais Tsai Ming-liang sur la façade du BHV dans le 4ème arrondissement et enfin l’artiste japonais Motoi Yamamoto réalisera en direct au sol, un tapis géant qu’il brodera tout en sel, une expérience à contempler avec patience et respect à l’intérieur de l’hôtel de ville.

Nuit Blanche 2014

(De haut en bas et de gauche à droite) les créations de : La trapéziste Chloé Moglia, Mark Jenkins, Hicham Berrada, Motoi Yamamoto et de l’artiste berlinois Jan Vormann tous présents pour l’édition NUIT BLANCHE 2014

Parallèlement aux propositions du « in », José-Manuel Gonçalvès informe que des artistes indépendants ou des associations pourront également participer en « off », laissant ainsi une certaine place à l’improvisation.

Avec un budget estimé à 1,2 million d’euros, la nuit blanche 2014 a de quoi attirer l’attention des habitants de Paris et sa région. Dans un contexte de crise, Anne Hidalgo explique sa volonté d’investir dans cette manifestation : «Pour le partage de ces propositions artistiques et pour la vision internationale de la nuit blanche, le budget de la culture est responsable. La culture n’est pas une variable d’ajustement, même dans un contexte financier serré. Paris est la capitale de la création ! ».

A noter également qu’une quinzaine d’œuvres devraient s’installer définitivement après l’événement nocturne.

Les parisiens seront-ils prêts à surpasser les 2 millions de participants de l’édition 2013?  Réponse le 4 octobre prochain lors de cette « grande randonnée artistique » où une quinzaine de Food trucks et triporteurs vous attendent au tournant.

 Retrouvez les six points de vue que vous retrouverez en cliquant ici

Mais aussi…

Le salon du vintage ( édition spéciale UK) qui se tiendra le 18 et 19 octobre 2014 au Carreau du temple dans le 3ème arrondissement où vous pourrez faire votre british shopping sur un espace de 2000 m2 avec une exposition rétrospective de la créatrice britannique Mary Quant à l’excentrique Vivienne Westwood. Pour pimenter l’événement et apporter une réelle touche vintage à la sauce 80’s, c’est l’artiste Boy George qui traversera la manche et s’occupera des platines le samedi soir dès 21h.

Boy Georges lors des GLAAD Media Awards à New York en mai dernier.

Une occasion de le voir une dernière fois en solo avant qu’il ne parte en tournée avec son groupe Culture club aux États-Unis et au canada. Alors, Do you really want to hurt him ? Ne le manquez pas.

 

 

  • Share