We love the 90’s : Gagnez vos places pour le concert !

La génération 90 est dans tous ses états ! Vous avez connu les « Dance machine », le jeu de jambes de Corona, ou la folie boys band avec les East 17 ? Vous allez adorer le concert « We love the 90’s » ! Le 24 mai prochain, tous les artistes emblématiques Dance seront présents sur la scène du Palais des sports à Paris pour un show exclusif.

Dr Alban, Ace of base, Haddaway, 2 Unlimited, Snap & Rednex ou encore Vengaboys entre autres interprèteront leurs plus gros tubes pour enflammer le dancefloor et vous faire vibrer au rythme des « laser lights ».

Ce show imaginé et créé en 2011 en Scandinavie, rencontre un succès monstre depuis presque une décennie déjà.

Produit par Live Nation et Nordic Beats, « We love the 90’s » est un spectacle qui proposera aussi bien des prouesses pyrotechniques sur scène que d’effets spéciaux pour vous en mettre plein les yeux.

We love the 90s

La Nostalgie est à la mode, les hits issus des années 1990 sont encore aujourd’hui repris ou samplés à l’instar de Daddy Yankee qui cartonne en France et à l’étranger en ce moment avec « Con calma » la réédition d’ « Informer » de Snow.

GuysAndPeople vous donne l’occasion de participer à ce spectacle original qui vous rappellera de bons moments de votre enfance et adolescence en compagnie de la personne de votre choix.

Ainsi 2×2 places sont mises en jeu jusqu’au 23 mai 2019. Pour tenter de remporter vos deux places il vous suffit de répondre correctement à la question suivante en envoyant un mail à guysandpeople@gmail.com :

De quel pays est originaire le groupe Aqua ?

  • Allemagne
  • Scandinavie
  • Roumanie

A vous de jouer ! Et n’oubliez pas de vous “looker” au max, jeans taille haute, salopette, crop top, chemise en flanelle et oversize en tous genre sont les bienvenus. Bonne chance !

On se quitte avec un petit tube pour se mettre d’ores et déjà dans l’ambiance :

Chopez vos places pour le concert #WeLoveThe90s en cliquant ici

Mariah Carey réanime noël à Paris !

Avec les temps qui courent, l’heure n’est pas à la chansonnette en France et notamment à Paris où les manifestations font ravages. Heureusement, la diva américaine Mariah Carey est de retour à l’AccorHotels Arena ce soir pour raviver l’esprit de noël ! Une trêve festive que seule la plus grande vendeuse de disques de tous les temps peut offrir à ses fans à l’aide de ses hits et de son tube légendaire « All I Want For Christmas Is You ».

Mariah Carey - All I Want For Christmas Is You Tour - AccorHotels Arena, Paris - GuysAndPeople (5)

Depuis 2014, Mariah Carey offre à ses fans new-yorkais un concert de noël intimiste et chaleureux dans l’enceinte du Beacon theatre. En 2017, la diva surnommée « la reine de noël » décide de satisfaire la demande de ses « lambs » (c’est ainsi que la chanteuse appelle ses fans, ndlr) français et anglais en transportant son show outre-Atlantique.

Le « All I Want For Christmas Tour » se joue alors à guichets fermés et Mariah Carey est, pour notre plus grand plaisir, de retour cette année avec son spectacle de noël 100% live.

Celle que l’on appelle « The Voice » du haut de ses cinq octaves, interprètera ses classiques de noël tels que « Oh Santa » ; « Joy to the world » ou encore « When christmas comes » mais aussi quelques-uns de ses plus grands tubes comme « Hero » ou « We Belong together ».

Mais l’icône de la pop réserve aussi quelques surprises inédites au public, puisqu’elle pourrait interpréter sur scène certains titres de son nouvel album « Caution » parut le 16 novembre dernier.

Si Mariah Carey est la seule artiste internationale à pouvoir remplir des salles immenses avec un spectacle basé sur des chants de noël, c’est bel et bien grâce au titre « All I Want For Christmas Is You » lequel souffle sa magie sur les charts internationaux chaque année depuis 1994.

Ce titre co-écrit par Mariah Carey et Walter Afanasieff se classe numéro Un du classement américain « Holiday Chart » chaque année durant la période des fêtes. Il a même atteint le top 10 du « Billboard Hot 100 » (classement américain toutes catégories, ndlr) en 2017, et il se pourrait bien qu’il atteigne le top 5 cette année !

Mariah Carey - All I Want For Christmas Is You Tour - AccorHotels Arena, Paris - GuysAndPeople (4)Un an après avoir viré sa manager et avoir rejoint l’écurie Roc Nation chez Sony Music, Mariah Carey a de nouveau le vent en poupe. Les critiques de son nouvel album sont élogieuses et les ventes de d’albums remontent en flèche. Le 15 novembre 2018, la bande originale de Glitter (film dans lequel elle tenait le rôle principal, sortie le 11 septembre 2001, ndlr) a même atteint la première place du classement sur Itunes aux États-Unis, soit 17 ans après sa sortie. Mariah Carey est définitivement, la reine du come-back !!!

Si vous souhaitez passer une soirée unique de noël rythmée par de sublimes ballades hivernales, cliquez-ici pour choper les dernières places disponibles.

Mariah Carey : All I Want For Christmas Is You

en concert à l’AccorHotels Arena : 8 boulevard de Bercy, 75012 Paris

le vendredi 7 décembre 2018 à 20h

Concours : Gagnez vos places pour le concert d’Enrique Iglesias à Paris le 11 novembre 2018 !

Enrique Iglesias, le crooner pop aux hits sensuels et enflammés est de retour à Paris avec un nouveau show intitulé « All the hits live ». Le 11 novembre prochain,  l’artiste aux plus de 170 millions d’albums et de singles vendus interprétera ses plus grands tubes sur la scène de l’AccorHotels Arena devant 17000 fans déchaînés. GuysAndPeople vous offre l’opportunité de remporter deux places pour assister à ce concert exceptionnel ! A vous de jouer…

Enrique Iglesias en concert à Paris le 11 novembre 2018

Parmi les grandes stars de la pop contemporaine, seuls quelques artistes latinos ont su s’imposer à travers ces dernières décennies. Gloria Estefan, Ricky Martin, Jennifer Lopez et Enrique Iglesias sont les noms les plus populaires de la communauté qui résonnent à l’international. Si la première se fait plus rare sur scène, les deux suivants s’illustrent à Las Vegas pour une résidence sur mesure. Enrique Iglesias a quant à lui, encore la volonté de parcourir la planète pour aller à la rencontre de son public. Ainsi, quatre ans après s’être produit à Paris avec son « Sex and Love tour », l’interprète de « Hero » est prêt à revenir faire chavirer quelques cœurs dans la capitale française.

Au programme de cette 13ème tournée, écran LED de 500 m², effets lumières derniers cri et une farandole de hits dont le célèbre « Bailamos » et le « I like it » en duo avec le rappeur Pitbull.

Enrique Iglesias en concert à Paris le 11 novembre 2018, GuysAndPeople vous fait gagner des places !

Fort d’une carrière qui compte pas moins de 21 printemps, Enrique Iglesias est aujourd’hui une figure emblématique de la musique pop mondiale. Si ses ballades ont su toucher la sensibilité des  cœurs les plus  durs, ses morceaux pop/rock-électro ont également séduits les fêtards des quatre coins du monde. Contrairement à son frère aîné, dont la carrière musicale n’a jamais pu vraiment décoller,  Enrique Iglesias a su sortir de l’ombre de son père, Julio Iglesias, et s’est fait une véritable place dans les charts internationaux avec son propre style.

Enrique Iglesias lors d'une soirée privée au Texas, août 2018

Un artiste à la carrière solide dont nous aurons le plaisir de soutenir et d’applaudir sur une sélection de 17 titres interprétés en live cet automne. Enrique Iglesias fera l’honneur au public français de clôturer sa tournée mondiale, longue de 30 représentations, sur cette date parisienne, le 11 novembre 2018. Soit environ un mois avant de retrouver sa famille et de célébrer la première année de ses jumeaux, Lucy et Nicholas, nés le 16 décembre 2017 !

Les jumeaux d'Enrique Iglesias et d'Anna Kournikova

Les billets sont disponibles ici 

Jeu-concours :

Pour tenter de remporter 2 places pour le concert #AllTheHitsLive d’Enrique Iglesias le 11 novembre 2018 à l’Accor Hotels Arena répondez à la question ci-dessous en envoyant votre réponse par mail à guysandpeople@gmail.com avant le 1er novembre 2018. Le/la gagnant(e) tiré(e) au sort sera prévenu(e) par mail.

Dans quel clip vidéo d’Enrique Iglesias, l’actrice Jennifer Love Hewitt a-t-elle joué un rôle ?

Enrique Iglesias et l'actrice Jennifer Love-Hewitt en 2001

  • Escape
  • Hero
  • Be with you

 

MAJ : Gagnante du concours > Madame N. Measso

 

Interview Lisa Stansfield : « Les français me comprennent en tant que personne »

On ne présente plus Lisa Stansfield, icône britannique aux millions d’albums vendus. Elle est l’une des seules artistes blanches à s’être fait une place dans le monde très fermé du R&B durant les années 90. Son tube « All around the world » est devenu est un classique international et ses duos sont entrés dans la légende (Queen, Georges Michael..). A l’occasion de la sortie de son huitième opus intitulé « Deeper », la belle se produira en France sur trois dates en avril 2018, l’opportunité pour GuysAndPeople d’aller à la rencontre de cette artiste talentueuse aussi simple que sympathique …

Total Look Cuir pour l'artiste Lisa Stansfield qui pose pour GuysAndPeople - EarMusic - New Album Deeper avril 2018

GuysAndPeople : Ton nouveau single « Billionaire » est-il un message pour toutes ces femmes qui pensent que l’argent peut acheter le bonheur ?

Lisa Stansfield : Oui,  mais c’est aussi un message pour tout le monde pas uniquement pour les femmes. Ce que je veux dire c’est que tu peux avoir toutes les richesses de ce vaste monde mais si tu ne peux pas partager ces choses avec les autres, cela t’enferme dans quelque chose de très solitaire. Tu deviens si seule, vraiment.

Dans “Billionaire” tu écris : « Je ne veux pas vivre avec toi dans l’espoir qu’un jour tu meures d’une crise cardiaque » ce sont des paroles dures…

Tu sais, il y a des personnes qui vivent ça au quotidien dans ce monde. Je pensais peut-être à cette splendide jeune femme mariée à un très vieil homme, je pense que cette pensée fait partie de son plan (rires), entre nous je doute de son attirance sexuelle envers lui (rires). C’est triste, mais beaucoup de personnes s’impliquent dans une relation pour les mauvaises raisons. Cela arrive tous les jours, tout le temps, dans le monde entier.

Cette femme est prisonnière de cette relation, est-ce une situation que tu as vécue auparavant ?

Non pas vraiment. Lorsque j’ai été mariée la première fois, avec un italien, il est vrai que je me sentais très seule à cette époque. Seule au final, car je suis ce genre de personnes qui tombe amoureuse très rapidement. Quand je me suis mariée avec lui, je ne suis pas tombé amoureuse de l’homme mais du chemin, de son monde, de sa culture, je voulais surtout quitter ma petite ville et découvrir le monde sauvage (rires). Mon histoire est différente, tu sais ce n’était pas une personne oppressive mais il était si solitaire. Je ne suis pas le genre d’artistes à raconter ma vie dans mes chansons, et puis moi lorsqu’une situation ne me convient pas, je dis non, stop, et je m’en vais.

La voix de la Soul Music UK Lisa Stansfield pose pour GuysAndPeople - EarMusic - New Album Deeper avril 2018

Tu es de la vieille école où les chanteuses n’avaient pas encore besoin de s’exhiber sur les réseaux sociaux pour booster leurs ventes de disques, il me semble ne pas t’avoir vue sur Instagram, quelle est ta relation avec les réseaux sociaux ?

En fait, je suis bien sur Instagram, mais la raison pour laquelle les gens ne me trouvent pas facilement c’est parce que il faut taper @LisaJStansfield. Ceci, car mon nom a été usurpé au départ, j’ai dû le rallonger d’un J (comme pour Lisa Jane Stansfield, ndlr). Je n’ai pas pu récupérer mon nom de scène et les fans pensaient que le compte existant était le mien.  Hélas, nous n’avons pas pu savoir qui se cachait derrière ce compte. J’ai donc authentifié mon nouveau compte, et aujourd’hui tout va mieux. Il y a des bonnes choses sur les réseaux sociaux comme l’interaction avec mon public mais aussi quelques tracas comme ces histoires d’usurpations d’identité.

Maintenant que l’on sait que tu es bien connectée, tu as dû tomber sur le hastag #TimesUp que penses-tu de ce mouvement ?

Dans l’ensemble je pense que c’est une bonne chose concernant #TimesUp et #MeToo également. Le seul souci avec le #MeToo, c’est que certaines femmes qui n’ont pas grand-chose à dire viennent s’accrocher à cet immense wagon alors qu’elles ne sont pas concernées. Il faut laisser la parole aux vraies victimes. Elles banalisent tout ce dont pourquoi les femmes se sont battues jusqu’ici. « Celui-ci a touché mes fesses #MeToo celui-là a regardé mon décolleté #MeToo », elles banalisent ce mouvement et nous éloignent du vrai sujet, de cette véritable souffrance que beaucoup de femmes vivent. Et puis c’est devenu une espèce de chasse aux sorcières, une guerre anti-hommes, mais il faut savoir que si nous sommes seules, nous ne pouvons pas demander l’égalité des sexes. On veut l’égalité entre les hommes, les femmes, les gays, les hétéros, les noirs, les blancs, pour chaque culture, pour que les dominations cessent. On devrait être tous égaux et se battre pour entretenir cette égalité et non pas se battre pour savoir lequel est le plus mauvais ou le plus puissant par rapport à l’autre. Nous devons mettre en place cette égalité et la respecter. Or cela fausse tout quand tu essayes de te venger d’une mauvaise personne. Ne fais pas à l’individu qui t’a fait du mal la même chose, parce que tu seras aussi mauvais que lui au final. Je ne dis pas qu’il faille se rabaisser mais de tourner les choses plus intelligemment. Saisir la justice en est une mais le lynchage sur les réseaux je ne sais pas si c’est la réelle solution ?

L'artiste Lisa Stansfield pose pour GuysAndPeople - EarMusic - New Album Deeper avril 2018

Ton huitième album arrive dans les bacs, il s’intitule « Deeper », cela signifie-t-il que les chansons qu’il contient ont davantage de sens ?

Oui, avec le temps tu vois les choses d’un autre œil. Je ne peux pas vraiment l’expliquer mais j’essaie désormais de voir davantage le bon, la beauté des choses. Lorsque tu es impliqué dans une longue relation amoureuse, les choses deviennent plus profondes mais tu ne peux pas expliquer ce qu’il y a de différent alors qu’il y a évidemment une grande différence car il y a eu une progression constante, l’amour a évolué plus profondément « deeper and deeper ». Tu ne t’en rends pas compte et parfois tu as ce sentiment surprenant où tu te dis « j’n’aurais jamais imaginé pouvoir ressentir plus que j’aie déjà ressenti auparavant ». Puis tu te rends compte que cela arrive de plus en plus souvent, encore et encore. Ça vous surprend à chaque fois et ça vous donne l’envie de continuer comme pour cet album.

Pourquoi avoir attendu quatre ans pour sortir ce nouvel album ?

Les autres ont peut-être attendu mais moi, j’étais en train de travailler ! (rires). Tu sais quand tu t’absentes pendant un moment, et je suppose  que c’est le cas pour beaucoup d’artistes, les gens s’imaginent que tu es assises sur une chaise, que tu te la coules douce, dans une cage avec de la nourriture et qu’après 4 ans tu réapparais avec ce que tu as pu en tirer  (rires). Plus sérieusement, c’est parce qu’il s’agissait d’une importante préparation avec mon équipe.

L’écriture notamment…

Oui j’écris constamment. La question que je me pose est la suivante : « Est-ce que je souhaite enregistrer un nouvel album chaque année et être ainsi dans l’actu ? ».  La réponse est non. J’ai besoin de sentir que c’est le moment, que ça fonctionne dans le sens que j’imagine avant de proposer mon projet à mon public et ce, même si ça doit prendre 10 à 15 ans entre chaque album.

C’est un projet de musique pop/soul mais tu as pour habitude de remixer tes titres pour le public clubbing, ce sera le cas avec « Deeper » ?

Oui évidemment, tout le monde apprécie quand je le fais sur mes chansons. Mon public aime le fait de pouvoir écouter le même titre de 45 façons différentes (rires). Quand tu connais les personnes spécialisées et compétentes, ce processus est  vraiment intéressant surtout d’un point de vue créatif. Parce que lorsque tu crées une chose, une chanson, tu ne peux pas exploiter son potentiel à 100% en premier lieu. Du coup, mettre cette création entre les mains d’une personne qui voit les choses différemment peut parfois te permettre d’obtenir le meilleur.

Lorsque l’on est une artiste comme toi qui a eu la chance de collaborer avec les plus grands tels que Barry White ou George Michael, a-t-on encore l’envie de travailler avec d’autres talents ? Si oui, lequel ?

God ! Tu peux m’en sortir deux ou trois et je te réponds oui ou non (rires). Je n’en ai pas un ou une en particulier car il y a tellement d’artistes et d’univers différents. Si j’avais à travailler ou chanter avec un(e) autre artiste il/elle ne devrait certainement pas être similaire à mon style mais être assez différent(e). Ainsi on pourrait obtenir quelque chose d’étrange, d’original et/ou de magique. Le duo doit apporter un vrai plus sinon c’est ennuyant…

Tu es également actrice, il y a un rôle que tu convoites ? Un personnage que tu aimerais interpréter ?

Non pas vraiment, j’aime juste le fait de pouvoir jouer et d’en profiter. Quand je travaille en tant qu’actrice et que je côtoie toutes ces célèbres stars du grand écran, je suis comme un petit enfant « Oh regarde il y a elle ! Et lui ! » (rires). Je suis déjà célèbre dans ma profession en tant que chanteuse solo,  et pouvoir pratiquer, de temps en temps, le métier de comédienne au cinéma ou au théâtre, que j’aime beaucoup, c’est déjà un beau cadeau. J’adore discuter avec ces merveilleuses actrices et apprendre. Je ne préfère pas m’imaginer faire une carrière mais oui j’aimerais tourner davantage au cinéma.

Lisa Stansfield pose pour GuysAndPeople - EarMusic - New Album Deeper avril 2018

Lisa Stansfield pour GUYSANDPEOPLE

Ton premier album est paru il y a 29 ans, ta voix est encore solide et belle, ton physique est appréciable, quel est ton secret ?

Je pense qu’il faut juste ne pas se prendre au sérieux, vraiment. Ne pas prendre au premier degré tous les compliments que les gens te disent souvent, du type : « Comme tu es belle, t’es superbe, merveilleuse… ». Ils te flattent mais ne t’imaginent pas lorsque tu es chez toi avec ta tête du matin. Allez, déguerpissez de là bande de faux-culs (rires).

C’est ce qui te fait tenir dans cette industrie, ce recul, le fait d’être toi, aussi franche ?

Honnêtement, je pense que oui. Le fait de rester fidèle à toi-même et de ne pas t’enfermer dans une image que les autres aimeraient voir de toi. Lorsque tu es célèbre et que tu es dans ce business, les gens attendent et espèrent beaucoup de toi mais tu ne peux pas tous les satisfaire. Donc la meilleure des solutions et de rester toi. Même si c’est parfois moins vendeur (rires). Tu ne peux pas être cinquante personnes à la fois. Restez vous-mêmes et vous n’aurez jamais de regrets !

La Chanteuse Lisa Stansfield pose pour GuysAndPeople - EarMusic - New Album Deeper avril 2018

Quelle est ta relation avec tes fans français ?

Je pense avoir une excellente relation avec le public français. Car les français me comprennent en tant que personne. Ils savent que je suis une personne terre-à-terre et je crois que c’est ce qu’ils apprécient chez moi. Je pense réellement que c’est un super public au sens où ils sont très  fidèles. Ils sont très affectueux mais si tu les offenses ils te blâment à jamais ! (rires) Donc il faut être très prudent avec eux. Je ne les ai jamais encore offensés et je touche du bois (elle tape sur la table en bois, ndlr) pour que cela n’arrive jamais. J’ai toujours exprimé mes opinions et je pense que c’est ce qui nous lie avec les français.

Tu es enthousiaste à l’idée de les revoir bientôt sur scène ?

Oui très excitée, surtout que nous allons faire Paris, Nantes et Bordeaux. Ça va vraiment être très intéressant.

Le concert à Paris est déjà complet depuis des semaines, comment ressens-tu cet accueil ?

J’ai juste tellement hâte d’y être. C’est toujours la première fois lorsque l’on se produit à Paris. C’est toujours la folie avec le public parisien.

Que peut-on te souhaiter pour les dix prochaines années ?

Eh bien que je sois toujours en vie (rires) et que je continue à chanter pour que tu puisses revenir m’interviewer mon chou.

Toute reproduction interdite sans la mention guysandpeople.fr

« Deeper » (label EarMusic) disponible dès le 6 avril 2018 sur toutes les plateformes de téléchargement légal.

Les dates de sa tournée (Gérard Drouot productions):

23.04.18 : PARIS – Le Trianon (Complet)

27.04.18 : NANTES – Cité des Congrès

28.04.18 : BORDEAUX – Théâtre Fémina

The bodyguard, le musical : Un bel hommage à Whitney Houston

GuysAndPeople a testé pour vous « The bodyguard », la comédie musicale qui se joue actuellement au Palais des sports de Paris jusqu’au 11 mars 2018. Nouvelles chansons, nouvelles séquences, nouveaux costumes, on vous dit tout sur ce nouveau show qui s’annonce déjà comme le spectacle incontournable de la rentrée…

Affiche The Bodyguard, le musical à ParisParis commence à accueillir son lot de comédies musicales, et parmi elles, celle que l’on attendait avec impatience The Bodyguard. Rappelez-vous, il y a un an on se demandait quelle artiste française allait pouvoir endosser le rôle de Rachel Marron ? La réponse… aucune !

En effet, malgré des auditions locales c’est la canadienne Valérie Daure, connue au Québec pour avoir participé à l’émission « The Voice » Canada, qui a été choisie afin de rendre hommage à Whitney Houston.

Et ce n’est pas de chance pour nous, car en ce mardi 6 février, on nous annonce en début de spectacle que ce n’est pas elle qui assurera le show ce soir-là. C’est son « alternante », l’artiste marocaine Sofia Mountassir qui poussera la chansonnette dans le rôle principal.

Sofia Mountassir, qui elle aussi était candidate à « The Voice » (dans l’édition française) en 2012, a été sélectionnée par Garou et Florent Pagny lors des auditions à l’aveugle. Puis, la jeune femme s’est spécialisée dans les comédies musicales en France avec des participations dans Disco, Love circus, Aladin ou encore Priscilla folle du désert.

Un casting et des décors réussis

Le rideau tombe, Sofia Mountassir apparait telle une Beyoncé sur le titre « Queen of the night », les danseurs sont en folie, la scène est en flammes mais quelque chose ne fonctionne pas, le micro ! Pas de le temps cela dit, de nous mettre mal à l’aise, l’incident technique est vite résolu.

Les tableaux s’enchaînent, le décor est efficace, on passe du studio d’enregistrement à la chambre à coucher avec brio. C’est l’un des points forts du spectacle. Scène lumineuse en mouvement, on retrouve la franchise américaine, rien n’a changé à ce niveau depuis le lancement de la comédie musicale en 2012 à Londres et c’est très bien comme ça !

L’histoire, on la connait, le squelette du scénario reste fidèle au film même si quelques nouveautés ont été ajoutées au programme afin de moderniser le show (on fait référence aux réseaux sociaux lesquels n’existaient pas en 1992).

On retrouve le séduisant garde-du-corps Franck Framer interprété par le comédien Benoît Maréchal, qui ne laissera pas les dames indifférentes, mais aussi le petit Fletcher joué par Gayann Dahmouni et Nicki Marron, la sœur envieuse et malheureuse, incarnée par la chanteuse Cylia. Un rôle qui fait l’unanimité auprès du public, Cylia a gagné en assurance et en solidité vocale depuis ses débuts dans « Graines de Star » en 2001 et « Adam et Eve » en 2011.   Sur le fameux « I run to you », qu’elle chante en duo avec Sofia Mountassir, on se demande presque si la production n’aurait pas dû lui confier le rôle de Rachel. Ses interprétations sont applaudies et captivent l’attention. Un très bon de choix de casting concernant ce personnage.

Cela dit, si Sofia Mountassir très maniérée surjoue parfois les répliques ( un peu comme Mariah Carey dans Glitter), il faut souligner que la jeune femme maitrise son art, et offre de belles performances sur les ballades de la regrettée diva.

On passera sur le jeu des acteurs digne d’une télénovélas, même si le spectacle offre des moments drôles et sympathiques comme la scène où Franck Framer s’adonne au Karaoké. Nous ferons également abstraction des costumes de show dans le show, lesquels ne mettent pas en valeur les comédiennes.

On approuve le remplacement de la robe jaune du final (version 2012) par une robe courte à franges qui donne un effet plus vif et moins meringué. Mais on déplore, que certaines tenues aient été conservées comme le pantalon noir et le top argenté dans l’une des scènes phares du spectacle où Rachel Marron se produit en boîte de nuit. L’ensemble symbolique du film, moderne et sexy pour l’époque a laissé place à une tenue fade et sans intérêt.

On aurait aimé qu’avec nos grands designers locaux, certains styles auraient été réadaptés, une robe façon Mugler, ou un corset signé Gaultier…

 Le best-of des hits de la diva sur scène

The Bodyguard, le musical offre une large palette des hits de Whitney Houston.  En effet, on retrouve les tubes de la diva qui ont construit ses 25 ans de carrière, en plus des morceaux de la bande-originale. Et nouveauté 2018, le titre « Million dollar baby » (2009) a été ajouté à la sélection, ce qui n’était pas le cas dans la version du show en 2012.

Ainsi, les fans de l’artiste pourront chanter tout au long du spectacle, accompagnés par de belles voix sur scène et un band de huit musiciens en live ! Le final du show est un très bon point, beau et vitaminé, on ressort de ces deux heures de spectacle avec l’envie de danser (with somebody)… Alors ne ratez pas cette occasion d’aller applaudir la troupe, qui débute ses représentations, le spectacle gagnera en qualité au fil des semaines…

The bodyguard, le musical : au Palais des sports ( Paris 75015)

Semaine – mardi au jeudi : de 22€ à 69 €
Semaine – vendredi : de 25€ à 79€
Week-end (hors samedi soir) : de 35€ à 85€
Samedi soir : de 35€ à 89€

Victoires de la musique 2018 : La promesse d’un show intense !

L’heure des nominations a sonné pour la 33ème cérémonie des Victoires de la musique. Nous étions convoqués à la maison de la radio à Paris afin de découvrir quels sont les artistes qui feront vibrer la Seine Musicale le 9 février prochain. Une cérémonie qui s’annonce singulière avec une présentatrice funky et des hommages poignants, le tout en direct et en prime-time sur France 2 et France Inter ! On vous explique…

victoires 2018.jpg
Lifting 2.0

Au revoir le Zénith de Paris, les Victoires déménagent vers la seine musicale, un lieu tout frais qui a ouvert ses portes il y a moins d’un an à Boulogne en région parisienne. La cérémonie fait peau neuve avec une nouvelle réalisation (Franck Broqua), et une nouvelle production (Morgane production). Un show 100% connecté nous indique Natacha Krantz-Gobbi, la nouvelle présidente des Victoires, avec du Facebook live, des Insta’stories, des live tweets et même du Snapchat. Aux oubliettes l’image vieillotte des Victoires, le public connecté aura le privilège d’entrer dans les coulisses du show et assistera aux répétitions comme à des performances exclusives.

100% live

La cérémonie sera retransmise en direct sur la radio France Inter et sur la chaine de télévision France 2 «  qui souhaite réaffirmer son engagement pour les talents de la chanson française contemporaine » souligne Natacha Krantz-Gobbi lors de la conférence de presse. Un show qui verra se produire une vingtaine d’artistes en live sur scène pendant plus de trois heures et qui sera succédé par la diffusion d’un reportage inédit de 70 minutes sur France 2 au sujet des révélations de l’année.

Une présentatrice drôle et stylée

ITW Daphne Burki pour GuysAndPeopleC’est Daphné Bürki, l’animatrice du talk-show quotidien « Je t’aime etc » diffusé sur France 2, qui a été choisie pour « apporter de l’énergie, de l’humour et du rythme à la soirée » comme nous l’explique Natacha Krantz-Gobbi assise à ses côtés lors de la conférence des Victoires. Un choix original et décalé qui a surpris cette journaliste passionnée de musique : « Je ne m’y attendais vraiment pas. Oui j’adore la musique, l’écouter, la danser mais l’idée ne m’avait pas effleuré l’esprit. J’ai pris 24 heures pour réfléchir avant de donner ma réponse », nous confie la jeune femme de 37 ans. « J’ai beaucoup de musiciens autour de moi, dans ma vie privée aussi, j’aime la scène, le live, la générosité, donc cette opportunité de présenter un tel show musical m’a procuré beaucoup d’émotions. Après une nuit blanche, j’ai dit ‘ok on le fait !’. Mais j’ai très peu de temps pour l’écrire, il y aura au moins 25 performances live donc je vais le préparer du mieux que je peux avec beaucoup d’humilité. Je vais raconter une histoire autour de ces prestations à ma sauce (rires). Et il y aura des surprises, je ne serai pas totalement seule. ».

Pour l’animatrice, le challenge se trouve davantage dans la rupture de l’image de la traditionnelle cérémonie, que dans la longévité du spectacle en direct : « J’ai l’impression que ça fait trois, quatre ans que la cérémonie était devenue une émission de télé avec des petits passages de relais très simples entre les lives et là j’aimerais que l’on essaye plutôt de vivre tous ensemble une émotion particulière. Le défi se situera dans la volonté à la fois de rendre hommage aux grands artistes disparus et celle d’emmener la salle et les téléspectateurs dans une grande histoire plus ou moins drôle.». Un côté Césars peut-être ? L’antipode, nous garantie l’heureuse maman de deux filles : « Cela n’aura rien à voir avec les Césars, ce sera moins guindé, il y aura des exclus, ce sont des artistes en direct donc ce sera totalement autre chose. Il n’y aura pas la mécanique, prix/discours. Là il s’agira d’avoir des vibrations ! ». Enfin, côté mode, si Daphné Bürki ne sait pas encore quel designer elle choisira  pour l’habiller, elle nous rassure quand même sur son côté “fashion victim” : « On va changer au moins trois fois de tenue ! C’est une soirée où l’on peut crâner, enfin ! (rires) », on va en avoir plein la vue !

Orelsan, grand favori

Si le chouchou Orelsan domine sans surprise les nominations avec trois mentions, il est suivi de près par la chanteuse Louane et le rappeur Soprano avec deux nominations chacun. C’est donc la jeunesse qui est à l’honneur cette année avec ces trois artistes mais aussi les révélations de l’année. Cela dit, les artistes de longues dates n’ont pas dit leur dernier mot. On retrouve Bernard Lavilliers nommé pour la Victoire du meilleur artiste masculin, Catherine Ringer dans la catégorie féminine et Gérard Depardieu pour son concert hommage à Barbara. Le choc des générations aura bel et bien lieu !

Orelsan, Louane et Soprano grands favoris des Victoires de la musique - guysandpeopleEnfin, la catégorie « Album de musiques urbaines » fait d’ores et déjà quelques déçus sur la toile avec l’absence des artistes rap les plus écoutés de 2017 sur les plateformes de streaming (Jul, Niska, Pnl, Damso) non nommés cette édition. A noter que Deezer proposera des playlists spéciales Victoires 2018 pour nous préparer au spectacle. Aussi, vous pouvez dès à présent voter pour la chanson originale jusqu’au 8 février 2018 à 20h en cliquant ici.

Avec un tel programme, peut-être que les victoires 2018 surpasseront les Grammy Awards, l’équivalent américain, cérémonie qui se déroulera le 28 janvier prochain à New York.

 

ARTISTE MASCULIN

  1. Bernard
  2. LAVILLIERSORELSAN
  3. SOPRANO

ARTISTE FÉMININE

  1. Charlotte GAINSBOURG
  2. LOUANE
  3. Catherine RINGER

RÉVÉLATION SCÈNE

  1. Eddy DE PRETTO – Production : OLYMPIA PRODUCTION/INITIAL ARTIST SERVICES
  2. Gaël FAYE – Production : AUGURI PRODUCTIONS
  3. FISHBACH – Production : ASTERIOS SPECTACLES

ALBUM RÉVÉLATION

  1. ALIOSE – « Comme on respire »
  2. Juliette ARMANET – « Petite amie »
  3. PETIT BISCUIT – « Presence »

ALBUM DE CHANSONS

  1. BRIGITTE – « Nues »
  2. Albin DE LA SIMONE – « L’un de nous »
  3. MC SOLAAR – « Géopoétique »

ALBUM ROCK

  1. BB BRUNES – « Puzzle »
  2. LADY SIR – « Accidentally yours »
  3. SHAKA PONK – « The evol’ »

ALBUM DE MUSIQUES URBAINES

  1. BIGFLO & OLI – « La vraie vie »
  2. LOMEPAL – « Flip »
  3. ORELSAN – « La fête est finie »

ALBUM DE MUSIQUES DU MONDE

  1. AMADOU & MARIAM – « La confusion »
  2. M – Toumani & Sidiki DIABATE – Fatoumata DIAWARA – « Lamomali »
  3. Oumou SANGARE – « Mogoya »

ALBUM DE MUSIQUES ÉLECTRONIQUES 

  1. ALB – « Deux »
  2. Dominique DALCAN – « Temperance »
  3. FAKEAR – « Karmaprena »

CONCERT

  1. CAMILLE – Production : UNI-T
  2. Gérard DEPARDIEU – « Gérard DEPARDIEU chante BARBARA » – Production : CORIDA
  3. Julien DORE – « & Tour » – Production : AUGURI PRODUCTIONS

CREATION AUDIOVISUELLE

  1. ORELSAN – « Basique » – Réalisateurs : GREG & LIO
  2. Gauvain SERS – « Pourvu » – Réalisateur : Jean-Pierre JEUNET
  3. THE BLAZE – « Territory » – Réalisateurs : Jonathan & Guillaume ALRIC

CHANSON ORIGINALE

  1. BIGLO & OLI – « Dommage », Auteurs : Florian Ordonez – Olivio Ordonez / Compositeurs : Florian Ordonez – Olivio Ordonez – Stromae / Arrangeur : Stromae
  2. KYO – « Ton mec », Auteur : Benoît Poher Compositeurs : Benoît Poher – Nicolas Chassagne – Fabien Dubos – Florian Dubos
  3. LOUANE – « Si t’étais là », Auteur : Marie Bastide / Compositeur : Gioacchino Maurici / Arrangeur : Dany Synthé
  4. SOPRANO – « Roule », Auteur : Soprano / Compositeur : Djaresma

 

 

En Vogue en concert à Paris ! GuysAndPeople vous offre des places

Le groupe de r&b américain En Vogue sera en concert à Paris pour une date unique le 24 avril prochain sur la scène de La cigale. A cette occasion GuysAndPeople vous fait gagner des places pour aller applaudir le girl band r&b le plus populaire des années 1990. Un show produit par Gérard Drouot Productions que les fans de musique soul ne pourront manquer sans aucun prétexte !

le-nouveau-visage-de-en-vogueSept années se sont écoulées depuis le dernier passage du quatuor en France, et en 2017 c’est un show totalement  inédit qui attend les fans des divas.  Pour cause, c’est dans sa nouvelle composition que le groupe En Vogue sera applaudit cette fois. En effet, deux membres du groupe ne sont plus, En Vogue se présentera à son public parisien sous la forme d’un trio. On vous explique…

Les Origines

En Vogue, c’est l’histoire d’un groupe de filles imaginé et créée par deux jeunes producteurs d’Oakland aux États-Unis Denzil Foster and Thomas McElroy en 1988. Alors qu’ils voulaient former un trio dans le style des groupes des années 50/60 avec les chanteuses Dawn Robinson, Maxine Jones et Cindy Herron,  ils sont finalement séduits par une quatrième voix lors des auditions, Terry Ellis. Dès lors, le groupe « En Vogue » voit le jour et le succès est au rendez-vous deux ans plus tard lors de la sortie de leur premier album intitulé « Born to sing » (1990). Ce dernier atteint directement la troisième place des charts r&b américains.

Le succès

Les hits et les récompenses s’enchainent jusqu’en 1997 où le groupe va connaître le plus gros succès de sa carrière. En effet, le single « Don’t let go (love) », issu de la bande originale du film « Le prix à payer » (1996, F. Gary Gray) est un triomphe international. Numéro deux du Classement toutes catégories aux USA, il atteindra même la 16ème place en France et s’écoulera à plus de deux millions d’exemplaires dans le monde.

Mais cette réussite va marquer le début des discordes qui sommeillent au sein du quatuor.

Les tumultes

Avril 1997, Dawn Robinson quitte brutalement le groupe à l’aube de la sortie du nouvel opus. La chanteuse se confie à la presse, elle se dit prisonnière d’un contrat qui exploite les filles du groupe. Sous payée, elle réclame un nouveau manager, ce qui est refusé par la production. Face à cette polémique qui tombe lors de leur plus belle opportunité de carrière, Cindy, Terry et Maxine n’ont pas le choix que d’avancer sans Dawn. Elles réenregistrent  les titres de l’album pour une sortie décalée à juin 1997. « EV3 » est une réussite dans les charts, porté par le succès du single « Don’t let go (love) » parut 8 mois plus tôt.

Après une longue tournée promotionnelle, le groupe enregistre un nouvel album qui ne trouvera pas son public. « Masterpiece Theatre » ( 2000) ne s’écoule qu’à 300 000 exemplaires aux États-Unis et le label Elektra ( Warner Music) finit par remercier le groupe. Coup dur pour les filles, lesquelles ne sont pas au bout de leurs peines.

2001, Maxine Jones exige de virer le manager actuel du groupe (Joe Mulvihill) pour le remplacer par celui de son choix (Julian Jackson), une décision à laquelle s’opposent Cindy Herron et Terry Lewis. Maxine Jones quitte  alors le groupe à son tour.

Nouveaux visages

Cindy Herron et Terry Lewis continuent à chanter et sélectionnent en 2002, une nouvelle recrue pour rejoindre « En Vogue ». Elles enregistrent ensemble un disque de noël ( The gift of christmas) , sous un nouveau label « Discretion Ent. ». Mais Amanda Cole ne fera pas long feu et sera congédiée en 2003.

C’est alors Rhona Bennett, connue pour avoir rencontré un succès éphémère en 2001 aux États-Unis avec son titre « Satisfied » ( Darkchild, Epic records) , qui va reprendre la place vacante en « intérim ».

Car malgré un album « Soul Flower » enregistré avec En Vogue en 2004 sur le label « 33rd street records », le groupe original doit se reformer en 2008 à l’occasion de prestations « live » spéciales et autres tournées européennes. Rhona Bennett doit laisser la place aux anciennes réclamées par le public.

Mais voilà, en 2012 les querelles reprennent de plus belles. Maxine Jones et Dawn Robinson quittent à nouveau le groupe pour des raisons similaires liées aux contrats et au management et envisagent de créer un nouveau girls band.

Suite à une utilisation abusive du nom « En Vogue » par Jones et Robinson lors de prestations “sauvages”, Cindy Herron et Terry Lewis décident de saisir la justice et  obtiennent du juge le soin d’utiliser exclusivement le nom du groupe.

Dawn Robinson finira par quitter Maxine Jones dans l’idée de continuer l’aventure musicale ensemble, préférant se concentrer sur des projets de télé-réalité.

Le challenge

Rhona Bennett est finalement rappelée au sein du groupe et depuis 2012, le trio semble enfin solide et indivisible. Cindy, Terry et Rhona prépare actuellement un album qui s’intitulera « Electric Café » et paraitra à la fin de l’année 2017. Il sera signé sur le label “Entertainment One Music” et comptera parmi ses collaborateurs le musicien Raphael Saadiq et les producteurs à l’origine du groupe, le duo Foster & McElroy.

terry-ellis-cindy-herron-et-rhona-bennett-forment-le-groupe-en-vogue-depuis-2012La persévérance

Contrairement aux autres groupes phares du r&b et du hip-hop des années 1990 tels que SWV ou Salt N Pepa, En Vogue n’a pas pu se reformer et conserver sa composition initiale. Mais la force et la détermination de deux de ses membres, Cindy Herron et Terry Hellis, ont permis à En Vogue de retrouver un nouveau souffle et faire perdurer son nom, son son à travers le monde. Une raison suffisante pour aller encourager sur scène ces femmes qui ont connu les rouages de l’industrie du disque sous toutes ses formes. Respect !

le-groupe-en-vogue-en-2017En Vogue, en concert le lundi 24 avril 2017 à La Cigale à Paris dans le cadre du #ForTheLoveOfMusicTour. Cliquez ici pour réserver vos places.

Pour tenter de gagner vos places pour le concert, il vous suffit de mettre “j’aime” sur notre page facebook et de répondre à la question ci-dessous à l’adresse suivante : concoursenvogue@gmail.com

En 2017, le groupe En Vogue fête ses :

a) 10 ans de carrière

b) 25 ans de carrière

c) 29 ans de carrière

Bonne chance ! Les gagnants seront prévenus par mail le 22 avril 2017.

“Bodyguard”, le musical : Qui pour honorer Whitney Houston ?

« The Bodyguard », la comédie musicale basée sur le film culte des années 1990 arrive enfin à Paris ! Après cinq années de triomphe à Londres et désormais en tournée à travers le monde, le show qui rend hommage aux plus grands tubes de Whitney Houston s’installe au Palais des sports du 2 février au 4 mars 2018. A ne surtout pas rater !

bodyguard-le-musical-a-parisLes fans de la célèbre diva sont aux anges. Pour la première fois en France, pendant plus de deux heures, une comédie musicale va non seulement mettre en scène le plus grand rôle de Whitney Houston au cinéma,  mais aussi la bande originale du film – écoulée à 42 millions d’exemplaires dans le monde rappelons-le – et ses plus gros hits tels que « I wanna dance with somebody » ou encore « I will i know ». Un programme qui s’annonce festif et très intéressant niveau performance vocale. Car qui pourra reprendre les chansons de la défunte artiste sans fausses notes ?

Nous avions eu la chance de pouvoir voir le show en 2014 à Londres au théâtre Adelphi. A cette époque c’était Alexandra Burke, la lauréate du X-Factor local,  qui endossait le rôle de Rachel Marron. Littéralement scotchés par ses prouesses vocales sur scène, il était difficile d’imaginer une autre artiste faire mieux. Mais c’était sans compter sur nos amis les américains qui ont su trouver LA perle rare. Car ce n’est autre que la chanteuse canadienne Deborah Cox qui porte le spectacle actuellement à travers les États-Unis avec une voix qui se rapproche extrêmement de celle de Whitney Houston. La chanteuse de 42 ans avait d’ailleurs été choisie pour doubler la voix de la diva lors d’un biopic (Whitney, 2015) , et avait même partagé un duo avec elle  il y a 17 ans à l’occasion de la sortie d’un Best-Of (Whitney: The Greatest Hits, 2000).

La barre est donc très haute, et le producteur français (Dinh Thien Ngo pour Vantage prod, ndlr) cherche ardemment celle qui attirera les foules et saura rendre hommage à ce répertoire connu de tous. Au pays bas, le résultat n’est pas très convaincant mais nous gardons espoir pour le drapeau tricolore.

Le spectacle sera joué en français mais les chansons seront interprétées en anglais ( ouf !) on imaginait mal le fameux « I will always love you » devenir « Je t’aimerai toujours ». Car il est difficile d’oublier le fiasco « Sister Act » où les chansons cultes avaient été adaptées à la langue de Molière.

Quoi qu’il en soit, « Bodyguard » c’est 35 artistes sur scène dont 8 musiciens, et 16 titres interprétés en « live » qui raviront le souvenir de Whitney Houston le temps d’une soirée. Mais aussi et surtout l’âme romantique qui sommeille en vous à travers cette histoire d’amour impossible entre une grande star du show-business et son garde du corps… A vos réservations !

Bodyguard, le musical : A Paris dès le 2 février 2018 puis possible tournée en province.

Mise en scène : Thea Sharrock.

Décors & Costumes : Tim Hatley.

Chorégraphie : Karen Bruce.

 

Ashanti séduit Paris avec un concert inattendu !

Ashanti, princesse du r’n’b US de la première décennie des années 2000 a démarré sa tournée européenne dans la salle mythique de l’Olympia à Paris. Un concert « surprise », peu promu, que seuls les fans de la première heure ont su repérer. Heureusement GuysAndPeople a pu y assister grâce à Base Productions !

On ne s’y attendait pas et pourtant le 22 février dernier, la petite protégée du producteur Irv Gotti débarquait en France dans le cadre d’une mini-tournée européenne qu’elle partage avec le crooner Joe Thomas, célèbre pour son tube «  I wanna know » ( 1999, Jive records).Le chanteur JOE Thomas à l'Olympia de Paris le 22 février 2017

La belle âgée de 36 ans avait, depuis le début de l’année, donné quelques concerts aux États-Unis et en Australie avec son acolyte du Murder INC. le rappeur Ja Rule. Les fans n’osaient pas imaginer un passage sur le vieux continent des deux « natural born hitters » (comme l’écrit la chanteuse sur son compte Instagram),  mais c’était sans compter sur la détermination d’Ashanti qui a expliqué durant le concert : « On m’a dit, après toutes ces années tu n’arriveras pas à remplir une salle à Paris et me voilà avec vous tous ce soir ! ».

L’interprète de « Rock with you » n’a pas déçue sur scène, de ses célèbres featurings tels que « Mesmerize », « Always On Time » « Wonderful » « So into you » et « What’s Luv » à ses tubes comme « Only You » « Happy » ou « Baby », Ashanti a revu tout ses classiques et a offert une jolie performance live.

Sur des chorégraphies sexy, body, cuissardes et fourrures viennent parfaire le look de la chanteuse qui a adopté  la panoplie de la « bad girl », tendance actuelle chez les chanteuses hip-hop et r’n’b telles que Beyoncé ou Nicki Minaj.

La chanteuse Ashanti à Paris dans le cadre de sa tournée européenne le 22 février 2017 à l'Olympia.Ashanti offre même des moments a-capella à son public et met en scène ses danseuses dans des scénarios tragiques où l’on voit par exemple l’une d’elles se faire battre par son boyfriend pour illustrer la chanson « Rain on me ».

Mais l’ambiance est davantage à la fête, et la chanteuse sait faire oublier le décor minimaliste aux parisiens avec diverses animations.

Sur le morceau « Girlfriend », Ashanti fait monter trois jeunes hommes sur la scène, et s’adonne à un jeu de séduction façon « lap dance ». Parmi les chanceux, le chanteur français Axel Tony, qui n’a pas hésité a brièvement pousser la chansonnette pour tenter de charmer l’américaine.

Le show de la chanteuse touche à sa fin et Ashanti remercie ses fans avec une salle conquise laquelle chante en cœur avec elle son premier single et plus gros succès de sa carrière, «  Foolish » (2002, Murder Inc.).

On apprendra ensuite que Ja Rule la rejoindra sur quelques dates britanniques de cette tournée de quinze dates qui s’est achevée le 9 mars à Oxford.

Happy Birthday to my bro @ruleyorkcity have a blast!!! 🎂🍾🎁🎉🎊❤️

A post shared by Ashanti (@ashanti) on

Le concert se poursuit et en deuxième partie le chanteur Joe Thomas séduit les spectatrices avec sa définition de l’amour. Aussi bien avec des ballades mielleuses comme la reprise de « Hello » d’Adele qu’avec des titres plus entrainants comme la version remixée du morceau « Stutter » ou son célèbre duo avec Mariah Carey « Thank god i found you »… On aime !

Un été 44 : Le défi de Valéry Zeitoun

Depuis le 4 novembre 2016, « Un été 44 » , la comédie musicale mise en scène par Anthony Souchet se joue sur la scène du Comédia à Paris. GuysAndPeople vous en dit plus sur cette production originale créée autour de l’été de la libération; des plages de Normandie jusqu’au parvis de Notre-Dame… attention flashback !

un-ete-44-le-spectacle-musicalNon très fan des spectacles musicaux, le producteur Valéry Zeitoun a pourtant tout misé sur un projet du genre basé sur l’histoire de France. Un pari risqué qui revient sur les axes peu connus de la bataille de Normandie qui s’est déroulée du 6 juin au 29 août 1944. En effet, comment la jeunesse vivait-elle en cette époque de guerre et de peur ? Comment les jeunes pouvaient-ils se projeter vers l’avenir ? Pouvaient-ils aimer librement ?

Le producteur Valéry Zeitoun

Le producteur Valéry Zeitoun

A travers les destins croisés de six jeunes protagonistes, on perçoit la complexité de cette période noire où l’amour avait du mal à se faire une place notamment lorsqu’il nait entre camps ennemis.

Nous suivrons ainsi les aventures du “Petit René” (Nicolas Laurent), un tout jeune fermier de 17 ans, graine de résistant, ainsi que celles de Willy O’Brien (Tomislav Matosin), un GI américain parachuté sur la Normandie et de Hans Spiegel (Philippe Krier), un traducteur allemand devenu soldat de la Wehrmacht contre son gré. Mais ce sont les trois jeunes résistantes Solange (Barbara Pravi), Yvonne (Alice Raucoules), infirmière/sage-femme, et Rose-Marie (Sarah-Lane Roberts) qui apportent la touche lumineuse et pétillante au spectacle.

Si les décors sont simples mais plutôt efficaces (un écran vient habiller la scène en complément) ce sont sur les chansons que s’appuie le show.

Pour « Un été 44 » la crème des auteurs-compositeurs  français s’est réuni. Les titres sont signés Charles Aznavour, Jean-Jacques Goldman, Alain Chamfort, Yves Duteil ou encore Maxime Le Forestier pour ne citer qu’eux.

Pourtant malgré  le décor, les auteurs de renom et l’apport culturel sur le ­débarquement allié (on y découvre les FFI , les Rochambelles, le rôle des soldats Québécois par exemple) il manque de l’action dans ce spectacle.

Les tableaux sont plus ou moins plats et on note quelques longueurs. Le manque de rythme sur certains passages tente à vous détacher du fil conducteur. Les émotions sont parfois survolées et on aimerait qu’il y ait plus de « show » sur scène.

Mais ne jugeons pas trop vite, GuysAndPeople n’a assisté  qu’au showcase de présentation presse l’été dernier. Cela nous avait permis de découvrir quelques morceaux accrocheurs (on aime le swing de « Bonne idée ce d day » par exemple), des musiciens en live et des costumes sympas mais en aucun cas de faire une critique du show dans son intégralité.  La comédie musicale « Un été 44 » est certainement plus aboutie depuis ; et qui plus est, il est important d’aller encourager ce genre de spectacle dans la mesure où il nous permet de nous rappeler et de comprendre notre histoire… à vous de juger.

L’album « Un été 44 » disponible chez Warner music.

Un été 44″ sur la scène du Comedia jusqu’au 26 février 2017, puis en tournée dans toute la France.

Théâtre Comédia
4 boulevard de Strasbourg
75010 Paris

  • Share