Nobody’s watching : Un nouveau regard sur l’exil

Nobody’s watching est le fruit de la réalisatrice Julia Solomonoff connue notamment pour ses œuvres sélectionnées lors de nombreux festivals tels que « Hermanas » (2005) et « Le dernier été de la Boyita » (2009). Inspiré de sa propre expérience, ce long-métrage met en lumière l’exil. Le voyage dans l’inconnu, loin de sa culture, de son confort, de ses proches et de la simplicité. A travers l’aventure de Nico (interprété par l’acteur argentin Guillermo Pfening), le rêve américain vendu par Hollywood prend une dimension bien plus pénible. Ce n’est pas les bras grands ouverts que les producteurs vous attendent sur place. Problème de visa, de clichés et de précarité, l’acteur qui a connu la gloire en Argentine dans une télénovela à succès « Rivales » va devoir soulever des barrières pour tenter de se faire une place au pays de l’oncle Sam. Mais bien plus encore, il va devoir se confronter à lui-même…

Julia Solomonoff la réalisatrice du film 'Nobody's watching' - guysandpeople

L’exil émotionnel

Nobody’s watching relève un point intéressant et peu développé au cinéma grand public. En effet, on parle souvent de la communauté gay dans sa surface sous forme de stéréotypes, de leur style de vie, mais rarement de leurs émotions et de la nature de leurs relations. Nico est un homosexuel qui ne s’amuse pas avec les sentiments. Pour lui, l’amour n’est pas qu’une histoire de sexe. Il est fou amoureux d’un homme « bisexuel », aussi discret qu’hypocrite, qui aux yeux de la société a la parfaite image de l’hétérosexuel fidèle et responsable. Nico se retrouve alors coincé entre cet amour amer, impossible et son désir de stabilité. Certain de son orientation sexuel et de la vie sentimentale qu’il souhaite mener, personne entière au caractère fort, Nico n’a plus le choix pour avancer que de s’évader sous prétexte d’une ambition professionnelle internationale…

l'acteur Guillermo Pfening dans le film 'Nobody's watching' - guysandpeople (2)Le cauchemar américain

Mais Nico peut-il réussir et s’investir dans un tel défi professionnel si son esprit et son cœur sont restés ailleurs ?

Comme pour nombre immigrés, il n’est pas aisé de s’installer dans un pays étranger qui fonctionne à l’opposé de sa culture. Nobody’s watching, nous montre à quel point la société américaine peut –être individualiste, que le New York que l’on visite en touriste n’a strictement rien à voir avec celui où l’on s’installe. Bien qu’il soit débrouillard et véritable « filou », Nico doit enchaîner les petits boulots pour pouvoir payer son loyer. Les castings sont ciblés et les rôles pour la communauté latino se font rares au cinéma. Les lumières de la grosse pomme masquent les clivages sociaux et la difficulté des citoyens modestes à survivre dans cette ville « qui ne dort jamais » peut-être pas uniquement pour les raisons que l’on imagine.

l'acteur Guillermo Pfening dans le film 'Nobody's watching' - guysandpeople (4)

Dominer l’échec pour réussir ?

Nobody’s watching met également le spectateur face à son orgueil.  Ce malaise que nous avons tous à ne pas accepter l’échec devant nos proches. Est-ce de la honte ? De la pudeur ? De l’entêtement ? De la détermination ?

Nico va se cacher derrière des faux semblants pour masquer au monde que son exil aux États-Unis ne lui apporte que fatigue et tristesse. Mais pour combien de temps cela sera-t-il encore possible ? L’industrie cinématographique laisse des traces et Nico n’y a pas marqué les siennes…

l'acteur Guillermo Pfening dans le film 'Nobody's watching' - guysandpeople Nico est un personnage drôle et attachant. Les gens, les enfants (dont le petit Théo)  aiment sa compagnie, c’est une personne serviable et dévouée. Son âme d’artiste, sa passion, le fait qu’il soit piégé entre l’amour et la haine, nous touchent profondément. Nobody’s watching à travers lui, nous livre un message pertinent sur une expérience de vie enrichissante sur laquelle nous pouvons tous puiser, apprendre à profit….

L'acteur Guillermo Pfening dans le film 'Nobody's watching' - guysandpeople

Nobody’s watching (Nadie Nos Mira) dès le 25 avril 2018 dans les salles

Avec Guillermo Pfening ( prix du meilleur acteur au festival du film de Tribeca 2017)

 

FICHE TECHNIQUE :

Réalisation : Julia Solomonoff

Scénario : Christina Lazaridi, Julia Solomonoff

Image : Lucio Bonelli

Montage : Pablo Barbieri Carrera, Karen Sztajnberg, André Tambournino

Musique : Sacha Amback, Pablo Mondragón

Production : Aleph Motion Pictures, CEPA Audiovisual, La Panda, Mad Love Film Factory, Taiga Filmes, Travesia Productions

Produit par : Maria Teresa Arida, Natalia agudelo Campillo, Elisa Lleras

Coproduction : Epicentre Films, Miss Wasabi, Shortcuts International

Coproduit par : Daniel Chabannes de Sars, Corentin Dong-Jin Sénéchal, Pau Brunet, Juan Perdomo, Georges Schoucair

Share
Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.

  • Share